Vous lui faites donc la guerre, et vous levez contre lui de petits livres, qu'il ne lit pas

"Vous lui faites donc la guerre,..."

Vous lui faites donc la guerre, et vous levez contre lui de petits livres, qu'il ne lit pas ; à peine a-t-il entendu parler de nous : il nous a seulement fait condamner comme un maître ordonne qu'on échenille les arbres de ses jardins." Babouc frémit de la folie de ces hommes qui faisaient profession de sagesse, des intrigues de ceux qui avaient renoncé au monde, de l'ambition et de la convoitise orgueilleuse de ceux qui enseignaient l'humilité et le désintéressement ; il conclut qu'Ituriel avait de bonnes raisons pour détruire toute cette engeance.

Retiré chez lui, il envoya chercher des livres nouveaux pour adoucir son chagrin, et il pria quelques lettrés à dîner pour se réjouir. Il en vint deux fois plus qu'il n'en avait demandé, comme les guêpes que le miel attire. Ces parasites se pressaient de manger et de parler ; ils louaient deux sortes de personnes, les morts et eux-mêmes, et jamais leurs contemporains, excepté le maître de la maison.

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

Poster un commentaire :